Sheet music

Une contribution musicale - Avril 2016

Romanze (Max Johann Baptiste Maximilian Reger) (1873-1916)

Pour les organistes, 2016 est « l’année Reger ». Ce grand compositeur est mort il y a 100 ans. Plus précisément le 11 mai à Leipzig. Il est décédé dans son sommeil à l’âge de 43 ans.

Dans son existence relativement brève, Max Reger a composé un ensemble considérable d’œuvres pour orgue. Il manifestait énormément d’intérêt pour la période baroque et en particulier pour J.S. Bach. Cet intérêt s’exprime dans ses compositions. On distingue de nombreuses formes baroques dans l’œuvre de Reger, notamment dans les variations, préludes et fugues, mais c’est surtout dans les structures internes de ses compositions que l’on retrouve les influences de Bach.

Reger a étudié l’orgue auprès d’Adelbert Lindner, organiste local, puis de Hugo Riemann à Wiesbaden. Il a composé pas moins de 160 œuvres pour orgue d’importance diverse. Curieusement, bien que catholique, Max Reger a grandement contribué au renouveau de l’intérêt pour les cantiques protestants.

En plus d’être organiste, pianiste, chef d’orchestre et pédagogue, Reger était également compositeur. Son œuvre compte plus de 140 numéros d’opus, dont un grand nombre comportent plusieurs morceaux. Et il existe également des compositions sans numéro d’opus, notamment cette « Romanze ». Elle a été composée à l’origine pour violon et piano. Et spécialement arrangée pour orgue à votre intention. La mélodie est confiée au violon. Il est conseillé de la jouer avec un jeu distinctif. Il peut s’agir d’un beau prestant ou d’un subtil jeu d’anche. Le superbe accompagnement est entièrement au service de la mélodie.

Alors qu’on y retrouve vraiment le style musical propre à Reger, cette œuvre demeure – notamment en raison de sa courte durée – plus accessible sur le plan harmonique que ce à quoi il nous a habitué.

Avec mes meilleures salutations musicales,

André van Vliet