Sheet music

Une contribution musicale - Mars 2017

Agnus Dei (J.S. Bach) (1685-1750)

Le Carême commence. Nous recherchons donc de nouveau des airs portant sur la Passion. Ce mois-ci, nous vous proposons un chant totalement adapté à cette période. Pas un morceau d’orgue original. Mais, comme les six chorals de Schübler, une aria développée pour l’orgue. Cette aria ne provient pas d’une cantate mais de la Grande Messe.

Les connaisseurs affirment qu’il s’agit d’une des plus grandes œuvres de Bach. C’est dans tous les cas sa dernière œuvre d’importance et Bach n’a jamais joué cette composition.

L’Agnus Dei est une référence à l’Agneau de Dieu. À Lui qui enlève les pêchés du monde (qui tollis peccata mundi), nous Lui demandons d’avoir pitié de nous (miserere nobis). J’ai ajouté le texte aux notes de manière à ce que vous voyiez la construction des phrases. Nous vous conseillons d’écouter une exécution originale. Vous remarquerez que les différentes exécutions varient beaucoup au niveau du rythme. De 4.10 à 6.38, il y a là une grande différence.

La mélodie est donc chantée par un soliste. J’ai opté pour un prestant 8’ en tant que voix dominante. Ce, pour le caractère mélancolique. L’accompagnement de l’aria est assuré par des cordes. Une flûte 8’ constitue une bonne option. Au niveau du pédalier, nous vous recommander d’ouvrir un 8’ en plus du 16’. Dans certaines exécutions, on peut entendre un orgue (coffre) jouer un continuo. Nous avons délibérément choisi de ne pas l’inclure ici. De manière à obtenir un trio magnifique.

Avec mes meilleures salutations musicales,

André van Vliet