Sheet music

Une contribution musicale - Novembre 2011

Chère/cher organiste, Le compositeur de cet arrangement choral nous est inconnu. Certains attribuent cette œuvre à Krebs ou un autre élève de J.S. Bach. On a même avancé le nom de ce dernier comme celui de l’auteur. Mais jusqu’à ce jour, aucune preuve de provenance officielle n’a été rapportée.

Il en est de même pour la mélodie. Le poète – Paul Speratus (1484-1551) – a en effet écrit son texte pour une mélodie existante. Une mélodie qui semble avoir été largement répandue et qui possède donc une origine très ancienne.

Également interprété aux Pays-Bas, ce chant figure dans le Livre de cantiques pour les Églises au numéro 344, classé dans la rubrique « Confession, baptême et cène ». Mais le titre de ce chant évoque aussi la période de l’Avent, à savoir : « Le Salut qui nous est venu du ciel. » D’où le choix de placer cet arrangement au mois de novembre. Si vous voyez toutefois un inconvénient (liturgique) à jouer ce prélude choral ou « Choralvorspiel » au mois de décembre, vous disposerez d’une magnifique composition pour les autres mois.

Le riche ornement ne réside pas dans la mélodie, mais dans l’accompagnement. La mélodie se fait entendre dès la 1re mesure dans l’une des voix intermédiaires. Et c’est aussi le cas à la 14e mesure. Pour ce qui est de la registration, les opinions divergent quelque peu. Certains défenseurs passionnés plaident pour jouer le morceau entier sur un clavier avec un plenum. D’autres organistes choisissent de registrer rigoureusement l’accompagnement et de jouer le c.f. avec une trompette ou un cornet. Un tel arrangement suscite chez moi un sentiment d'étonnement, auquel je préfère personnellement le recueillement. Je ne veux pas dire que les versions précitées ne sont pas bonnes, mais plutôt que le caractère méditatif me rapproche davantage du sens du texte. D’où le choix d'utiliser un Nasard 3’ comme jeu d’anche et de conserver l’accompagnement dans de délicats registres de flûte.

Quel que soit votre choix : racontez votre histoire avec conviction. C’est en effet ce qu’il y a de plus important pour faire passer votre message.

Je vous souhaite une période de l'Avent pleine d'espérance.

André van Vliet