Sheet music

Une contribution musicale - Septembre 2015

Grand Choeur (William Ramsay Spence) (1859-1939) États-Unis ou Canada.

Nous ne savons que peu de choses de l'organiste William R. Spence. Alors que certains suggèrent des origines américaines, d'autres précisent qu'il était originaire d'une région anglophone d'Amérique. J'ai aussi lu quelque-part qu'il avait vécu au Canada toute sa vie. Les sources ne s'accordent pas non plus pour ce qui est de l'année de son décès. Nous avons opté pour l'année 1939.

Comme le laisse entendre le titre, le morceau commence avec panache. D'abord une phrase de 6 mesures, puis le thème, lequel s'étend sur 16 mesures. Dans la 25è mesure, 8 mesures sont jouées deux fois dans la tonalité dominante, pour revenir ensuite en ré majeur (mesures 42 à 57 = mesures 9 à 24).

Dans la mesure 58 apparaît un choral en si bémol majeur (tonalités voisines). Dans la 90è mesure, ce choral revient (après une escapade en sol mineur dans les mesures 74 à 89), cette fois avec pédalier. De la mesure 105 à la mesure 117, Spence travaille à une transition qui doit lui permettre de revenir au thème principal dans la tonalité dominante. Pour ce faire, il utilise le matériel de ce thème.

La clôture est tout aussi intéressante. Les mesures 128 et 129 nous mènent vers un fa dièse majeur (tierce supérieure du ré) et la mesure 130 est en si bémol majeur (sous-tierce du ré, avec la quinte dans le pédalier), tout simplement en permutant la note de mélodie en enharmonie. Il place la chromatique requise sur un point d'orgue pour jouer une nouvelle et dernière fois le premier thème.

À chaque fois, nous enregistrons le thème principal en fortissimo ou plus. Nous jouons les mesures 25 à 40 en « swell ». Avec une pédale de réverbération, le « full swell » fonctionne aussi très bien. Les mesures 58 à 104 sont mezzo-forte / piano. On peut l'approcher à la française avec un hautbois. Ou sans, ce qui réussit aussi très bien.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai travaillé à cette composition d'un musicien tout à fait inconnu.

André van Vliet